Santé et sécurité au travail


IRSST (Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail)
    
 
CCHST (centre canadien d'hygiène et de sécurité au travail)

 

Publications Québec
1. s'assurer que les établissements sur lesquels il a autorité sont équipés et aménagés de façon à assurer la protection du travailleur;
2. désigner des membres de son personnel chargés des questions de santé et de sécurité et en afficher les noms dans des endroits visibles et facilement accessibles au travailleur;
3. s'assurer que l'organisation du travail et les méthodes et techniques utilisées pour l'accomplir sont sécuritaires et ne portent pas atteinte à la santé du travailleur;
4. contrôler la tenue des lieux de travail, fournir des installations sanitaires, l'eau potable, un éclairage, une aération et un chauffage convenable et faire en sorte que les repas pris sur les lieux de travail soient consommés dans des conditions hygiéniques;
5. utiliser les méthodes et techniques visant à identifier, contrôler et éliminer les risques pouvant affecter la santé et la sécurité du travailleur;
6. prendre les mesures de sécurité contre l'incendie prescrites par règlement;
7. fournir un matériel sécuritaire et assurer son maintien en bon état;
8. s'assurer que l'émission d'un contaminant ou l'utilisation d'une matière dangereuse ne porte atteinte à la santé ou à la sécurité de quiconque sur un lieu de travail;
9. informer adéquatement le travailleur sur les risques reliés à son travail et lui assurer la formation, l'entraînement et la supervision appropriés afin de faire en sorte que le travailleur ait l'habileté et les connaissances requises pour accomplir de façon sécuritaire le travail qui lui est confié;
10. afficher, dans des endroits visibles et facilement accessibles aux travailleurs, les informations qui leur sont transmises par la Commission, l'agence et le médecin responsable, et mettre ces informations à la disposition des travailleurs, du comité de santé et de sécurité et de l'association accréditée;
11. fournir gratuitement au travailleur tous les moyens et équipements de protection individuels choisis par le comité de santé et de sécurité conformément au paragraphe 4° de l'article 78 ou, le cas échéant, les moyens et équipements de protection individuels ou collectifs déterminés par règlement et s'assurer que le travailleur, à l'occasion de son travail, utilise ces moyens et équipements; 
12. permettre aux travailleurs de se soumettre aux examens de santé en cours d'emploi exigés pour l'application de la présente loi et des règlements;
13. communiquer aux travailleurs, au comité de santé et de sécurité, à l'association accréditée, au directeur de santé publique et à la Commission, la liste des matières dangereuses utilisées dans l'établissement et des contaminants qui peuvent y être émis;
14. collaborer avec le comité de santé et de sécurité ou, le cas échéant, avec le comité de chantier ainsi qu'avec toute personne chargée de l'application de la présente loi et des règlements et leur fournir tous les renseignements nécessaires;
15. mettre à la disposition du comité de santé et de sécurité les équipements, les locaux et le personnel clérical nécessaires à l'accomplissement de leurs fonctions.

 

CNESST (Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail)

-les exigences réglementaires liées au travail;

-les risques auxquels ce travailleur et les autres personnes sur les lieux de travail ou à proximité sont exposés;

-comment le fait de ne pas manger ni boire pendant les heures de travail peut mettre le travailleur ou les autres en danger. Si le fait de jeûner et de s'abstenir de boire entraînent un danger, l'employeur ne peut permettre au travailleur d'exécuter la tâche. Il appartient alors à l'employeur de prendre les dispositions qui s'imposent, dans le respect des lois et des conventions qui s'appliquent.

De plus, l'article 49 de la Loi oblige le travailleur :

-à prendre les mesures nécessaires pour protéger sa santé, sa sécurité, et son intégrité physique;

-à veiller à ne pas mettre en danger la santé, la sécurité, et l'intégrité physique des autres personnes qui se trouvent sur les lieux de travail ou à proximité des lieux de travail.

Au cours du mois du ramadan, les musulmans adultes ne mangent pas, ne boivent pas de l'aube au crépuscule. Les malades, les femmes enceintes ou qui allaitent, les femmes ou jeunes filles qui sont dans leur période menstruelle, ou toute personne dont ce jeûne pourrait mettre la santé en péril en sont exemptés.

Les documents suivants expliquent les risques des coups de chaleur et comment les prévenir : boire de l'eau est une des mesures les plus importantes. On peut consulter ces documents au Centre de documentation de la CSST.

  • Guide de prévention des coups de chaleur. 2e éd. [Montréal] : CSST, 2008. 19 p. (DC: 200-16184-3). Cote : CS-000899 Commission de la santé et de la sécurité du travail du Québec. Direction de la prévention-inspection ; Québec. Ministère de la santé et des services sociaux.
  • Travailler à la chaleur... attention! 2e éd. Montréal : CSST, 2011. 1 f. pliée. (DC: 100-1125-4). Cote : CS-000867 Commission de la santé et de la sécurité du travail du Québec. Direction générale de la prévention-inspection et du partenariat.  
  • Évaluation de l'impact du jeûne du mois du Ramadan sur la charge physique de travail (non disponible gratuitement) Khalfallah, T ; Chaari, N ; Henchi, M.A et al. Cote : AP-066017
    In : Archives des maladies professionnelles et de médecine du travail. Vol. 65/no 7-8, déc. 2004, p. 564-570

 

 
APSAM (Association paritaire pour la santé et la sécurité du travail, secteur "affaires municipales")

 

 
AUTRES